Greenpeace : les altermondialistes de l’environnement

Présentation du mouvement

Historiquement Greenpeace a été crée en 1971 à Vancouver par les leaders des 14 soldats Jim Bohlem et Irving Stowe, un groupe à la base nommé « Don’t make a wave committee » contre les essais nucléaire en Amérique du nord allaient être pratiqués à Amchitka et Alaska, en 1972 cette idée a été aboulie. Maintenant Greenpeace  est devenu une organisation rassemblant plus de 40 pays à travers le monde luttant coute que coutre la protection de l’environnement, des animaux, et aussi il s’impose être le gardien de la paix d’où son nom green (vert) peace (paix), défend la biodiversité contre les menaces diverses, mais en dehors de tout ça, greenpeace se présente également comme un groupe d’influence/pression/d’intérêt au niveau des entreprises et des autorités de pouvoir, pour cela, il intervient dans l’élaboration ou l’application des mesures législatives, normes et règlement pour les intérêts publics, on fait appel  à lui avant la mise en place des traités, il en donne son aval. Un des mouvements marquant pendant les années de lancement, était celui de 1985 à bord du bateau « Rainbow Warrior I », on l’a fait couler à l’aide des mines magnétiques pendant qu’il se préparait à protester contre les essais nucléaires français en Moruroa.  Greenpeace répond présent dans plusieurs domaines de luttes, pollution chimique, protection des forets denses, réchauffement climatique, course aux armements, développement durable, préserver la biodiversité contre l’OMG et cetera …

greenpeace.jpg

Pourquoi Greenpeace est si critiqué ?

Bien entendu une grande organisation à grande envergure comme greenpeace est dénoncé, Fabrice Nicolino voit que groupe s’oriente fortement vers le capitalisme, dirigeants professionnels et non militants, on constate les grilles salariales élevées, presque plus de bénévolats. Greenpeace également et critiqué comme exagérateur quant aux chiffres qu’il publie. Récemment en 2014, un des responsables de l’organisme prend l’avion de Luxembourg où il vit pour se rendre à Amsterdam pour son bureau pendant qu’il lutte contre la pollution de l’air, il a avoué son erreur. On a tous nos défauts c’est vrai, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut arrêter de lutter contre les pollutions diverses, nos lots quotidiens, greenpeace est devenu l’ennemi juré des médias, le seul faux pas …

limite-greenpeace.jpg